La journée de la non-violence éducative

jnv_-_affiche_arc_en_ciel_en_soit-page0


 0002

0001

 

Programme téléchargeable ici

Programme journée JNVE – Public plaquette


 

 

Description du projet

Description du projet

La journée de la Non-violence éducative est proposé par la Maison de l’enfant. Depuis 2014.

Arc en ciel en soit a déjà organisée une action dans le cadre de la journée de la non-violence éducative en 2016. Pour la deuxième année consécutive, nous nous proposons d’organiser un événement gratuit pensé comme un temps de rencontre et de partage autour du thème « Pour une éducation sans fessée, ni punition/ menace/ chantage ». Cette journée a pour vocation de permettre à chacun de trouver des solutions adaptées à ses besoins et à ceux des enfants, de sensibiliser les participants sur les bienfaits de l’éducation bienveillante, de les informer sur les conséquences de la violence éducative ordinaire sur l’enfant et ses répercussions à l’âge adulte.

Cette action est ouverte aux familles (enfants, parents, grands-parents, beaux-parents), aux futurs parents ainsi qu’aux professionnels de la petite enfance. Par le biais d’ateliers, de conférences, d’un film, de tables rondes, ils pourront s’informer, s’interroger sur leurs attitudes éducatives quotidiennes et expérimenter des outils simples et concrets.

Nous participons à cette action avec l’association La Maison de l’enfant afin de renforcer notre implication dans nos missions de citoyenneté et de laïcité.

A travers des propositions : tel que la journée de la non-violence éducative du 30 avril, notre candidature sur le dispositif proposé par le Conseil Départemental de Haute-Garonne « Parcours Laïque et citoyen », des sessions d’informations et de formations à destination des professionnels en milieu éducatif…

En ayant pour but de sensibiliser, informer et agir à des fins préventives afin d’ouvrir les consciences sur l’importance et les risques portées par les violences éducatives ordinaires.

La violence éducative ordinaire recouvre la violence physique, psychologique ou verbale utilisée envers les enfants à titre éducatif (corrections, punitions, humiliations, chantage affectif…) communément admise et tolérée.

Si les conséquences physiques de punitions corporelles sont visibles à court terme, d’autres se développent à plus long terme et sont moins connues. L’étude prospective américaine de Felitti (2010), montre que le principal déterminant de la santé à 55 ans est d’avoir subi des violences dans l’enfance. Les conséquences sur la santé, sont à l’aune des violences subies, plus elles ont été graves, fréquentes et plus les conséquences sur la santé sont importantes : ralentissement du développement cognitif, accroissement de l’agressivité, effets nocifs sur l’état de santé (perte de mémoire), affaiblissement du système immunitaire, suicides (adolescents), dépressions*).

En 2008 le nombre de mineurs pris en charge en protection de l’enfance est d’environ 267 000 pour la France entière soit un taux de prise en charge de 1,87 % des moins de 18 ans. Le nombre de jeunes majeurs concernés par une mesure de prise en charge est d’environ 21 000, soit un taux de prise en charge de 0,83% des 18-21 ans.

L’enfant pendant ses premières années de vie a un besoin absolu d’un adulte qui assure ses besoins essentiel, sa sécurité, son bien-être matériel et affectif. L’enfant est en situation de dépendance physique, sociale, psychique et affective face au monde des adultes, toute violence ou négligence de la part des adultes va mettre en péril son développement psycho-moteur et sa relation au monde, le plonger dans une grande insécurité et le mettre en danger. Les enfants sont moins armés physiquement et psychologiquement que les adultes pour se défendre contre les violences, c’est une évidence et les adultes sont en devoir d’assurer leur sécurité.

De nombreux enjeux et paramètres tels que l’état de manque, de perte, complexité des repères éducatifs, modèles familiaux en mutation (place, rôles, changement de statut) peuvent déstabiliser et engendrer voire renforcer la violence dite ordinaire.

Toutes ces mutations nécessitent de s’ouvrir à de nouvelles approches et démarches d’accueil, d’accompagnement, d’écoute et de soutien des parents et de développer des actions partenariales communes et spécifiques en direction des familles et des professionnels.

La prévention des violences faites aux enfants est un devoir pour tout professionnel prenant en charge des enfants ou des parents. En France : selon l’ODAS (2006), chiffres qui proviennent de signalements forcément très sous-estimés, 98000 enfants en danger dont 19000 enfants maltraités (victimes de violence physiques, sexuelles, psychologiques, de négligences lourdes ayant des conséquences graves sur son développement physique et neurologique) et 79000 enfants à risque. Sur les 19000 enfants maltraités on retrouve 31% de violences physiques, 24% de violences sexuelles, 19% de violences psychologiques, 26% de négligences lourdes.

« Un système vivant ne peut se poser que des problèmes qu’il est capable de résoudre »(Chaos familial, activité thérapeutique,  Guy AUSLOOS)

Notre démarche, lors de cette journée, ne s’inscrit pas dans une logique de manque (regarder ce qui ne va pas) mais dans une logique de compétence. Celle-ci implique d’agir avec les parents, ne pas faire pour mais faire ensemble afin que chacun se situe dans une juste place et un accompagnement bienveillant.

*Voir annexe sur les conséquences sanitaires potentielles de la violence à l’encontre des enfants, OVEO.

Voir site internet du docteur Muriel SALMONA : http://www.memoiretraumatique.org/violences/violences-faites-aux-enfants.html

L’action/projet s’inscrit dans quel contexte ?

 

La Journée de la Non-Violence Educative est organisée pour des particuliers, des associations, des professionnels.

Elle est coordonnée par La Maison de l’Enfant, association créée en 1998 par Catherine Dumonteil-Kremer, auteure, conférencière, rédactrice en chef de PEPS Magazine.

La Maison de l’Enfant annonce sur son site internet et sa page Facebook les manifestations ayant lieu partout en France. Les actions menées peuvent s’étaler sur plusieurs jours. Elles peuvent prendre des formes variées en fonction de la créativité de chacun (pique-nique, conférences, tables rondes, ateliers…).

 

 

3-LES CHIFFRES CLÉS

  • – 2 enfants meurent chaque jour en France suite à la violence éducative, soit environ 700 enfants par an
  • – En 2015, on comptabilisait (source Enfance maltraitée, l’Enfant Bleu) :
  • – 98 000 cas d’enfants en danger, soit 10% de plus qu’il y a 10 ans
  • – 19 000 enfants victimes de maltraitance
  • – 44% des enfants maltraités ont moins de 6 ans

Quel est le but de l’action ?

Notre intention est d’informer les publics sur des moyens d’accompagner l’enfant avec respect et bienveillance, nous proposons pour la 2nde année la « Journée de la non-violence éducative ».

En effet, cette Journée de la Non-Violence Educative est une occasion de :

  • Diffuser une information sérieuse, validée par les récentes découvertes neuro-scientifiques sur le développement affectif de l’enfant, auprès des parents sur les bienfaits de la parentalité positive et bienveillante (diffusion du livret « Sans fessée : comment faire ? » et du « Kit d’Urgence » réalisé par La Maison de l’Enfant) ;
  • Se rencontrer et de partager autour du thème « Pour une éducation sans fessée, ni punition/ menace/chantage » ;
  • Trouver des solutions ensemble pour co-construire une relation parents-enfants épanouissante ;
  • Proposer des outils concrets et simples aux participants (familles et professionnels) par le biais d’ateliers, de groupes de discussion, de conférences, de débats, la projection/débat du film : « L’odyssée de l’empathie» de Michel MEIGNANT… afin qu’ils puissent accompagner les enfants avec respect et empathie.
  • Promouvoir la culture du respect de l’enfant comme élément fondamental de cohésion sociale et de transformation humaine de la société.

Nous sommes convaincus que le fait de promouvoir des liens familiaux respectueux et bienveillants peut pacifier les échanges collectifs et faire évoluer positivement notre société.

Communiqué de presse : communiqué de presse Journée de la non violence éducative – Arc en Ciel en Soit

Nos Partenaires :

Mairie de MURET

La Dépêche

Radio AXE DUD

Radio MURET

Acteurs :

Sacré-Parents
Alegria VIDA
OVEO
Compagnie Anomaliques
Arc en Ciel en Soit

Coordinateur :

Association Arc en Ciel en Soit.

Organisateur :

AGIR

Cette manifestation nationale est proposée par : maison de l’enfant

Pour en savoir plus :

 

 

.